Conservation du Requin-Taupe Bleu et Opportunités de Leadership Ouest-Africain

Date: September 25, 2020

(English below)

Un événement en ligne présenté par le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine (PRCM) et la Shark League pour l’Atlantique et la Méditerranée

Les requins figurent parmi les animaux les plus vulnérables et les plus mal protégés de l’océan. De nombreuses populations ont été épuisées, ce qui menace les écosystèmes et les pêcheries qui reposent sur un océan en bon état. Alors que le requin-taupe bleu de l’Atlantique nord est désormais l’une des populations les plus menacées au monde, il continue à ne faire l’objet d’aucune limite de capture qui permettrait de mettre fin à sa surpêche. 

Pour ces requins comme pour les autres requins pêchés par plusieurs pays à la fois, les mesures prises par les Organisations Régionales de Gestion de la Pêche (ORGP) sont essentielles et nécessitent que les États membres donnent l’impulsion afin que des mesures conformes aux recommandations scientifiques soient adoptées. Dans l’Atlantique, le comité scientifique de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (CICTA) a annoncé qu’une interdiction de la rétention des requins-taupes bleus par les grandes flottes thonières de l’Atlantique nord était nécessaire pour inverser le déclin de la population. Lors de la réunion annuelle de la CICTA de 2019, le Sénégal a mené les efforts visant à faire établir des mesures de protection fondées sur la science pour le requin-taupe bleu intensivement pêché, avec le soutien du Gabon, de la Guinée-Bissau, de la Gambie et du Libéria. La proposition a cependant été bloquée par les pays grands pêcheurs du requin-taupe bleu. Malgré la situation compliquée cette année par les restrictions liées à l’épidémie de COVID-19, les débats ont commencé entre les pays membres de la CICTA et il demeure crucial d’adopter des mesures de protection du requin-taupe bleu, car la surpêche continue. 

Les pays d’Afrique de l’Ouest ont fait preuve d’un leadership accru en matière de conservation des requins sur la scène internationale. Le Plan Sous Régional d’Action pour les requins a permis de réaliser des avancées dans les domaines de la recherche, de la collecte des données et de la conservation. Le Bénin, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Gambie, le Libéria, le Nigéria et le Sénégal figurent parmi les pays qui ont proposé et fait adopter l’inscription du requin-taupe bleu sur la liste de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) en 2019. Les délégations d’Afrique de l’Ouest ne se sont pas contentées de promouvoir la protection des requins-taupes bleus l’an dernier : elles soutiennent systématiquement les propositions visant à renforcer l’interdiction par la CICTA de prélever les ailerons de requins en mer. En raison de sa participation accrue au sein de la CICTA, l’Afrique de l’Ouest a de bonnes chances de devenir un centre d’influence lorsqu’il s’agit de conclure des accords internationaux et d’inverser le déclin des populations de requins.  

Bien entendu, les limites de pêche internationales doivent être mises en œuvre par leur transposition dans le droit national. Malgré ces avancées, l’épuisement de différentes espèces de requins se poursuit en Afrique de l’Ouest, nombre d’entre elles étant désormais en danger d’extinction. Il reste par conséquent un défi majeur : atteindre un taux de mortalité écologiquement durable des requins tout en assurant les revenus et en veillant à la sécurité alimentaire des communautés côtières. 

Participez à cet événement où des représentants des États, des ONG et des instituts de recherche exploreront ces défis, ainsi que les opportunités pour les pays d’Afrique de l’Ouest de jouer un rôle moteur dans la conservation des requins au niveau national et au sein de la CICTA. 

Webinar programme

Rejoignez les principaux chercheurs et décideurs du Sénégal pour vous informer de leurs travaux de conservation des requins au niveau local et international.

1 octobre 2020 | 14h00 – 15h30 GMT

L’événement aura lieu virtuellement sur Zoom et sera retransmis en direct via Facebook de PRCM.

Register via Zoom: https://zoom.us/webinar/register/WN_vuDvtYqST_Gxv2VF-nOmAQ

Or watch live via Facebook: https://www.facebook.com/prcmarine

Heure Activité et présentateur
14H-14H05 Mot de bienvenue, par Dr Ahmed Senhoury, Secrétaire Exécutif du PRCM
14H05- 14H10 Contexte du webinaire, Dr Mika Diop, Biologiste des Pêches Consultant à la CSRP
14H10-14H20 Présentation 1: “Les impacts des pêcheries thonières sur les populations du requin Mako et recommandations du Comité Scientifique de  l’ICCAT pour la limitation des captures du requin Mako”, par Dr Fambaye NGOM, Biologiste des Pêches, CRODT, Sénégal
14H20-14H30 Présentation 2: “Activités réalisées par le Sénégal et perspectives pour la conservation du requin Mako”, par Mr. Mamadou Seye,  Chef de Division Aménagement, DPM, Sénégal
14H30-14H40 Présentation 3: “Activités réalisées au Sénégal et en Afrique de l’Ouest pour la conservation du requin Mako ”, par Colonel Abba Sonko, point focal CITES Sénégal, Direction Eaux et Forêts et Conservation des Sols, Sénégal
14H40-14H50 Présentation 4: “ Activités réalisées par Sénégal dans le cadre de la CMS pour la conservation du requin Mako”, par Dr Djibril DIOUCK, Conseiller Scientifique pour la CMS, Direction des Parcs Nationaux, Sénégal
14H50-15H55 Résumé des travaux du Webinaire par Shark League for the Atlantic and Mediterranean
15H55-15H20 Questions & Réponses, discussion avec observateurs/participants
15H20-15H30 Clôture

Mako Shark Conservation and Opportunities for West African Leadership

An online event presented by the Regional Partnership for the Conservation of the Coastal and Marine Area (PRCM) and the Shark League for the Atlantic and Mediterranean

Sharks are among the oceans’ most vulnerable and yet under-protected animals. Many populations have been depleted, putting ecosystems and fisheries that depend on healthy oceans at risk. North Atlantic shortfin mako sharks are now one of the most endangered populations in the world but continue to have no international catch limits to stop overfishing. 

For sharks like makos that are fished by several countries, action by Regional Fisheries Management Organizations (RFMOs) is crucial and requires leadership from member countries to ensure measures are adopted that follow scientific advice. In the Atlantic, the International Commission for the Conservation of Atlantic Tunas (ICCAT) scientific committee has advised a ban on retaining mako sharks by big tuna and swordfish fleets in the North Atlantic is needed to reverse the population decline. At the 2019 annual ICCAT meeting, Senegal led the effort to establish science-based protections heavily fished shortfin mako sharks with support from Gabon, Guinea-Bissau, Gambia, and Liberia. However, the measure was blocked by big mako fishing nations. Despite the challenging situation for this year with COVID-19 restrictions, ICCAT discussion between countries has begun and mako shark protections remain crucial to address – overfishing continues. 

West African countries have demonstrated increasing shark conservation leadership at the international level. The Sub-Regional Plan of Action for Sharks led to advances in research, data collection, and conservation. Benin, Cabo Verde, Côte d’Ivoire, Gabon, Gambia, Liberia, Nigeria, and Senegal were among the countries that successfully proposed listing mako sharks under the Convention for the International Trade of Endangered Species in 2019. West African delegations not only championed mako shark protection last year, but consistently support proposals to strengthen ICCAT’s shark finning ban. With increasing ICCAT participation, there is great potential for West Africa to become a center of influence for achieving international agreements and reversing shark population declines.  

Of course, international fishing limits must be implemented through domestic regulations. Despite strides, depletion of shark species continues in West Africa with many species at risk of extinction. Achieving sustainable shark mortality while ensuring livelihoods and food security for coastal communities remains a major challenge. 

Join us as representatives of governments, NGOs, and research institutions will delve into these challenges as well as opportunities for the region to be leaders in shark conservation domestically and at ICCAT. 

Webinar programme

Join leading researchers and policy makers from Senegal as we delve into shark conservation work locally and at the international level.

Date and time: October 1, 2020 | 14:00 – 15:30 GMT

Register for this webinar via Zoom or watch it live on PRCM’s Facebook.

Register via Zoom: https://zoom.us/webinar/register/WN_vuDvtYqST_Gxv2VF-nOmAQ

Or watch live via Facebook: https://www.facebook.com/prcmarine

Time Activity and speaker
14H-14H05 Welcome speech, by Dr Ahmed Senhoury, Executive Director of the PRCM
14H05- 14H10 Background and context of webinar, Dr Mika Diop, Biologist Consultant with CSRP
14H10-14H20 Presentation 1: “The Impacts of tuna fisheries on the Mako population and recommendations of the Scientific Committee of ICCAT about the limitation of catches of Mako”, by Dr Fambaye NGOM, Marine biologist, CRODT, Senegal
14H20-14H30 Presentation 2: “Carried out activities and perspectives by Senegal for the conservation of the Mako”, by Mr. Mamadou Seye, Director of Management Division, DPM, Senegal
14H30-14H40 Presentation 3: “Carried out activities in Senegal and West African Region for the conservation of the Mako”, by Colonel Abba Sonko, focal point CITES Senegal, Direction Eaux et Forêts et Conservation des Sols, Senegal
14H40-14H50 Presentation 4: “Carried out activities by Senegal in the framework of CMS for the conservation of the Mako”, by Dr Djibril DIOUCK, Scientific adviser for CMS, Direction des Parcs Nationaux, Senegal
14H50-15H55 Shark League for the Atlantic and Mediterranean wrap up
15H55-15H20 Q&A, discussion with viewers/participants
15H20-15H30 Closure
Posted on Categories Update